LE SANSKRIT

                                       
                                       SOUFFLE ET LUMIERE

                           
        
         VOYAGE AU COEUR DE LA LANGUE SACREE DE L'INDE




                       Ne nous privons pas du plaisir de présenter le dernier

        ouvrage de COLETTE POGGI , publié aux Editions Almora .

                       Colette Poggi, docteur en philosophie indienne, enseigne

        le sanskrit et la pensée indienne  depuis de nombreuses années .

        Spécialiste d'ABHINAVAGUPTA et du shivaisme du Cachemire,

         elle a déja publié " Les oeuvres de vie selon Maitre  Eckhart et

          Abhinavagupta " aux Editions Les Deux Océans , Paris 2000 .

                         Parmi les langues innombrables qui ont jusqu'à

          aujourd'hui résonné dans le monde, le sanskrit se présente

          comme l'une des plus anciennes; de même que le persan ancien,

          le grec ou le latin , le sanskrit dérive de l'antique indo-européen .

          Cette langue était parlée aux environ de la moitié du deuxième

          millénaire av.n.e. Durant cette première phase, sa forme est iden-

          tifiée à celle de " l'indo-aryen ancien ", designé comme le sanskrit

          védique, langue du VEDA . C'est le grammairien Panini  qui

          confère sa forme classique à la " langue des dieux", seulement 

           vers le premier millénaire  .

       



                              Du fait de son statut de langue sacrée, née de la Parole

            Divine, véhicule des Védas, le sanskrit apparait , d'emblée,

            indissolublement lié au rite . C'est ainsi , grace à  ces deux

            aspects complementaires, en se situant originellement au coeur

            d'une synergie  alliant une exploration systématique de la langue

             et de la pratique rituelle, que le sanskrit connut un incompara-

             ble rayonnement en tant que  daivi vak , langue des dieux, mais

             aussi comme vecteur des savoirs , favorisant une très riche

              création littéraire .


                                 Remarquable ouvrage de Colette Poggi , exposant

              avec beaucoup de clarté  des thèmes ardus, sans jamais tomber

              dans une vulgarisation facile ; une  abondante iconographie et

              une très riche bibliographie , en font déjà un ouvrage de

               référence .

              
               Colette Poggi
                Le Sanskrit  souffle et lumière
                Editions Almora


                                                          
                                                        Disponible à la Librairie Liber












                

                                

                              QUELQUES NOURRITURES SPIRITUELLES


                                            POUR LES MOIS D'ETE

                                                                                                (SUITE...)


           Nous continuons ces méditations caniculaire de notre ami

        FRANCIS LAGET  avec ce texte sur :


                                            LA GLOIRE DE DIEU


                        Les réflexions que nous voulions vous livrer aujourd'hui

        nous ont conduit à relire quelques fragments de " La Pesanteur et la

        Grâce" de Simone Weil . Nous pensons qu'il convient tout d'abord de

        citer le suivant :

                         " L'attention extrème est ce qui constitue dans l'homme la

        faculté créatrice , et il n'y a d'attention extrème que religieuse . La

         quantité de genie créateur d'une époque est rigoureusement propor-

         tionnelle à la quantité d'attention extrème, donc de religion

         authentique à cette époque " (p.454 ) .

                             Cette remarque peut , à la fois, nous rendre compte de

         la redoutable médiocrité spirituelle de  notre temps et nous indiquer

         la direction  dans laquelle nous devrions en rechercher le remède .

                               Nous arrive t-il quelquefois de nous interroger 

         sérieusement sur la signification véritable de quelques uns des

          " mots-clefs " que  l'Eglise place sur nos lèvres durant la liturgie,

          comme dans les formules de nos prières personnelles, d'appliquer

           notre attention sur l'âbime des sens que recouvre par exemple

           l'expression " LA GLOIRE DE DIEU " . Il suffirait de nous y

           attarder pour découvrir qu'il s'agit là d'un véritable " exercice

           spirituel " et que nous nous acheminons jusqu'au seuil de la contem-

           lation des mystères de Dieu .

                                 Si nous nous mettons à ruminer cette nourriture  au

            lieu de la laisser s'echapper de nos lèvres, nous comprendrons sans

            doute en présence de quel mystère nous nous situons . Cette"Gloire

            de Dieu " n'a rien en commun évidemment avec la jouissance de la

            renommée, de la " vaine " gloire recherchée par les hommes et qui

            n'en est qu'une indigne contrefaçon !  Nous serions mieux inspirés

             si nous nous reportons à l'utilisation du mot de " gloire " dans

            l'iconographie religieuse, ou il désigne la figure symbolique qui

            entoure  d'une zone de rayons certaines images du Christ, de la

             Vierge ou de Saints .  N'oublions pas qu'il désigne aussi les rayons

             entourant l'ostensoir . Cette " gloire " se réfère donc à la


                                         "  PRESENCE "

                                           

             rayonnante de la Divinité ; elle nous invite à La découvrir  là ou

             nous n'avions d'abord vu que la grisaille de la réalité ambiante .

             De cette "Présence " immanente du reflet de la Lumière incrée dans

             le monde sensible , la Tradition Hébraique avait élaboré un prodi-

             gieux corps de doctrine , celle de la " SHEKHINAH ",  de  la

             " demeure " de IHWH dans le monde . On en trouve l'origine ici et

            là dans la Bible , et , par un exemple très explicite , dans la descente

            de la "Présence " dans le temple bâti par Salomon ( I ° Rois , VIII -

             11-12 ) " ... la Gloire de IHWH  remplissait la maison de IHWH...

            IHWH  veut habiter dans l'obscurité... une maison, sa "demeure" ,

            un lieu pour qu'il y réside..."



 
 
 
                       Un  autre passage (Exode III, 2 ) nous propose la

              " THEOPHANIE "  (= manifestation de la Presence Divine )

           du  " BUISSON ARDENT "  ( " ...le buisson était tout en feu et le

           buisson ne se consumait pas " ) . Là ou Dieu se rend plus spécia-

           lement " présent "  s'accomplit une irradiation , une émanation de

          Sa Splendeur dans les ténèbres du monde déchu depuis " la faute " .

          Pensons aussi à la scène de la " TRANSFIGURATION " de Jésus

          et aussi à la première émission de la Volonté Divine au début de la

         " Génèse " : " Que la lumière soit ! " . Rappelons nous que les théo-

         logiens parlent des " ENERGIES " divines ; comment mieux désigner

          ces forces qui s'appliquent à " mettre en oeuvre " ( c'est là le sens

         premier d'énergie ) " LE REGNE, LA PUISSANCE et LA GLOIRE ",

         comme nous le rappellent toutes les doxologies (en grec " doxa "

         désigne justement la " Gloire " ) . La liturgie orthodoxe nous le

         rappelle inlassablement

                                 
                               
                                     " SOYEZ ATTENTIFS " .




                                                                                  Francis Laget
        

  






        



           
         





                                              

 


                       

               
                                   

                      LA FETE DE MARIE-MADELEINE

                                                ET
 
                           LES JOURS CANICULAIRES




                 Nommés ainsi ,   nous entrons dans la période de l'année

    où  SIRIUS, l'étoile la plus brillante du ciel  se lève dans la

    constellation DU CHIEN ou de LA CANICULE .

                 Le calendrier stellaire Romain la fait se lever le 25 Juillet .

    C'est la période la plus chaude de l'année, symboliquement la

    vitalité de l'élement  FEU ( Véhicule IGNE  ) , la plus forte .

 
 
 
 
                  Dans ce cycle de jours l'Eglise place un certain nombre

      de fêtes majeures de son calendrier liturgique, avec en premices

      SAINT-ELIE le 20 Juillet .  Nous ne pouvons pas ne pas évoquer

      son ascension céleste sur un " CHAR DE FEU "   (  2 Rois 2 )

                   Le 21 Juillet fête SAINT-VICTOR de Marseille (nous y

     reviendrons ulterieurement )

      







                    Le 22  Juillet fête  MARIE-MADELEINE .  Première

     personne à avoir vu le Christ ressucité, qui , la légende le dit, émigra

     vers la Gaule, parvint aux Saintes-Maries de la Mer, avec MARTHE

    fêtée le 29 JUILLET, vécue recluse dans la grotte de la SAINTE-

    BAUME  où elle y mourut et fut ensevelie dans la crypte de Saint-

    Maximin, qui devint ainsi le troisième tombeau de la Chrétienté .

     La légende nous dit aussi qu'elle fut régulièrement "transportée"

      dans les airs par un cortège d'anges .
 


                  



                  Suit le 25 SAINT-JACQUES , la légende le fit accoster dans

     une barque sans  gouvernail , dans un lieu en  Espagne qui

     s'appelle aujourd'hui SAINT-JACQUES de COMPOSTELLE .

                    Par une belle nuit d'été, du sommet de la Sainte-Baume,

     au SAINT-PILON , la voie lactée , comme un sillon dans le ciel se

     projette vers l'Ouest , véritable champ d'étoiles "Campus Stella " ,

     s'abandonnant dans l'océan .


 
 
Le 25 fête aussi SAINT-CHRISTOPHE, représenté dans la
 
vieille iconographie byzantine avec une tête de chien
 
 
 
 

                   Le 26 fête SAINTE-ANNE , mère de la  VIERGE .


 

                   Le 27 , la fête des SEPT DORMANTS , invite à une

     évocation caniculaire complexe ( Nous en reparlerons plus

     précisement dans une autre occasion, en rapport avec la cuve de

     sarcophage dans la crypte de l'ABBAYE de SAINT-VICTOR .)

     Cette fête, commune aux Catholiques et aux Musulmans ( Sourate

     de la Caverne ) nous donne l'histoire de sept jeunes gens et leur

     CHIEN   fuyant les persécutions, se reclurent dans une grotte à

      EPHESE . Ils" s'endormirent" pendant 372 ans nous dit-on .  A leur

      réveil , le monde n'est plus le même , un nouveau cycle s'est

      manifesté .




 

                   La nuit du 10 Aout verra tomber les " LES LARMES DE

     SAINT-LAURENT " sous forme d'étoiles filantes . Laurent,

     patron des rôtisseurs , MAITRE DU FEU , est souvent representé

     avec un grill à la main (martyr )





 

                        
                         Ces Jours Caniculaires vont se clôturer par le cycle de

      l'ASSOMPTION DE LA VIERGE fêtée le 15 Aout, qui "épousant"

       le  VEHICULE IGNE à l'image d'Elie, va " monter au Ciel " ,

       réintegrer pour l'éternité les espaces célestes virginaux .








 
                          La Vierge , Elie , Marie-Madeleine , Les Sept Dormants,

      la proximité calendaire et aussi géographique de ces fêtes  centrée

      sur Ephèse et la Sainte-Baume , sous le patronnage de la puissance

      du FEU DIVIN , le vehicule igné du char d'Elie , nous laisse

      entrevoir toute la richesse symbolique de ce cycle que nous ne

      pouvons qu'effleurer ici .


                                Je donnerais pour conclure cette brève évocation,

      ce poème inspiré , de ma compagne Christine De Dianous :


                              SAINTE BAUME SACREE

                                            + + +



        Seule dans la forêt enchantée

        Avec les oiseaux, les chênes et les rochers

        Dans ta grotte, ta baume sacrée

        Tu habitais...

        Près de la source

        Seule avec les anges

        Tu pleurais

        Comme les étoiles qui scintillent à travers bois .

        Marie Madeleine

        Egrenez vos prières sacrées ,

        Soufflez de votre souffle léger

        Sur mon désarrois...

        Rallumez ma petite flamme vacillante

                                            +++

         Avec les anges et l'Esprit Saint

         Aidez nous par votre présence

         Et vos chants dans la forêt .
                                            

     
                                                                le 24 Juillet 2013

                                                         en la fête de Sainte  Christine

                                          
        
               












 


     
     
     
                                                                 

 
 
                                       
     

      
      
     

 

                                                                             
   

                   



                   
                                         

                                          NOTICE
                                              Sur
                                  LES   CRYPTES
                                       De L'Abbaye
                             
                        SAINT-VICTOR-LEZ-MARSEILLE




              Par un auteur anonyme,Veuve Marius Olive  1864

                            
                                  Gilbert Bonnet et les éditions ALCOR nous donnent

    ici la réedition à l'identique de l'ouvrage de 1864 . Ouvrage bien

    documenté en ce qui concerne " les souterrains " de l'abbaye , à savoir

     les vestiges archéologiques de la première nécropole, et les

     aménagements au cours des siècles des différentes chapelles en sous

     sol,  la vie, l'histoire et les légendes des saints auquels elles sont

     consacrées .

         
                              




                       On a joint en fin d'ouvrage la plaquette


                             LA LEGENDE DES CIERGES VERTS


           Réedition de la petite pièce versifiée d'HIPPOLYTE   MATABON

     datant de 1889 et vendue jadis dans les cryptes de l'abbaye .

           C'est une des rares traces scripturaires de cette légende.  Dans cette

     version, la jeune et dévote héroine se nomme Marthe, dans une autre

      connue : Marie .




            

                                     
                   Un  livre indispensable pour aller à la découverte de ce fabuleux
                           
     patrimoine Marseillais enfoui sous nos pieds  .
                               
               

         Disponible à la librairie et chez l'editeur

         www.alcor-editions.fr
                                              



                              QUELQUES NOURRITURES SPIRITUELLES


                                           POUR LES MOIS D'ETE

                                                                                        ( SUITE... )


                  Nous allons donner pendant 3 semaines une méditation de notre

    vieil ami Francis Laget, sur le thème du NOM  et de LA GLOIRE

    DE DIEU .

                                    
                                             DIEU , SEUL PRESENT



                   
                    Nous savons tous, sans être philosophe, que la naissance nous

    a introduits dans le temps et l'espace mais qu'il suffira de notre mort

    pour interrompre ce passage .

                     Dans le monde physique oû nous existons , nous ne cessons

    pas de transformer du futur en passé .  Nous ne pouvons pas affirmer

    sans illusion que nous n'ayons jamais vécu dans un présent. A l'opposé

    de cette misérable expérience, il nous a été révélé , que seul L'UN s'est

    fait connaitre à l'homme, sa créature, comme "Celui qui est ". Pourtant

    l'Apocalypse de Saint-Jean nous le désigne comme  " Celui qui a été,

    Celui qui est et Celui qui sera " ; cette formulation correspond

    exactement à ce que la Tradition Hébraique nous apprends du

    tétragramme " I H W H " ( rendu par "Yawéh" dans certaines traductions

    bibliques ) : " il a été , il est, et il sera. " Ces trois modalités, ces trois

    moments de l'existence ne peuvent pas s'appliquer à l'Etre, à l'Essence,

    mais ne prennent sens que du côté humain. En Dieu, il ne peut être

    question que de présent éternel, que d'une perpetuelle "Présence " .

                      Naguère, les livres de prières  proposaient aux fidèles, après

    le signe de croix, de commencer ainsi leurs dévotions : " Mettons nous

    en présence de Dieu et adorons son Saint-Nom. " Il faut inlassablement

    en revenir là et s'y tenir : nous placer sous le regard de Dieu , en sa

    Présence et invoquer un Nom Divin ; pour le chrétien, celui de

    " JESUS, FILS DE DIEU " est evidemment privilégié. L'experience

    nous apprend d'ailleurs qu'il est difficile , sans un patient exercice,

     d'imposer le silence à nos images mentales . C'est par ce silence et dans

    ce présent sous-jacent au flux de notre vie  que nous rendrons notre coeur

    disponible à la " PRESENCE " de celui qui est.

                         


                         Nous lisons au livre de l'Exode (XXXIII, 18 et 22-23) :

    Moise dit: "Fais moi voir Ta Gloire " ... et I H W H répond :

    " Quand Ma Gloire passera... je te couvrirais de ma Main jusqu'à ce  que

    je sois passé . Alors je retirerai Ma Main  et tu me verras par-derrière ;

    mais Ma Face  ne saurait être vue... "

                           Ce texte réclame une réflexion sans fin . Commençons par

    remarquer qu'ici, comme en toutes les " théophanies "  , la Présence

    divine se confond avec Sa " Gloire " . Plusieurs prophètes nous en ont

    suggéré l'approche ; c'est  celle de  l'énergie, de la lumière , de la

    puissance. Toutes les qualités dont le monde manifesté ignore l'ampleur

    et la magnificence .

                              Ce texte est également précieux puisqu'il nous apprend

    que Dieu ne saurait être vu que " par derrière "... Nous ne pouvons

    " connaitre " Dieu, mais seulement " spéculer " sur ses attributs , au sens

    premier de considérer " dans un miroir " . Il ne saurait être notre proie .

                                Et pourtant... souvenons nous, à ce stade de notre

    méditation, de la miséricordieuse perspective chretienne. Comme nous

    le rappelle Saint-Jean  dans sa première épitre , proposée le septième

    dimanche après Paques... " Dieu, personne ne l'a jamais vu. Mais celui

     qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu , Dieu demeure en lui et

     lui en Dieu..."

                                   C'est grâce à Jésus, Fils que nous pouvons accéder

     au Père. Il s'est constitué " Présence " de Dieu dans son EUCHARISTIE

      Il nous confère par son sacrement, la plénitude de la " Présence réelle ".

    Présent de toute éternité, il nous en a fourni le témoignage :


                 " AVANT QU'ABRAHAM FUT , JE SUIS. "


                                                                                                  Francis Laget.




                                                              
                                                                                     




                                                                                      

             

               

           

                                    












   
                              

                                     LE TIGRE, LA PANTHERE

                                             ET LE LION



                Cela pourrait être le titre d'une  fable de La Fontaine ,

    une histoire d'été de journaliste en manque d'inspiration, et bien non !

    Ce qui suit, je vous le certifie, est parfaitement vrai et vérifiable.

                   Qu'il y ait eut des lions  en Provence dans les temps antiques

    nous le savons. Il en reste comme souvenir le nom du golfe qui baigne

    notre littoral , et quelques vestiges archéologiques: pour mémoire le lion

    sculpté d'époque romaine de la Fontaine d'Arcoule au pied des Alpilles,

            
             
       
                                     

                    

     et les deux en réemploi de façade, ultimes vestiges de la première

     église des  Saintes -Maries de -La-Mer .
 
 
 
 
 
 
 
 
La panthère, sa recherche  mobilisa tout l'été 2004 dans le
 
massif des calanques, on l'aperçut à plusieurs reprises dans les
 
forêts de Luminy; elle repartit comme elle était venue,
 
dans la plus grande discrétion....
 
 
Le tigre enfin. Avec Corinne, nous en avons trouvé un sur les
 
flancs du Bois-Sacré, il montait, comme mû par une force mystérieuse
 
dans la direction de La Bonne Mère. Corinne sut l'apprivoiser, l'adopta,
 
il devint son compagnon de voyage, elle l'appelle :
 
" mon tigre du Roucas "
 
 
 
 
                

                     QUELQUES NOURRITURES SPIRITUELLES

                                      POUR LES MOIS D'ETE




               Pendant cette période dite de "vacances" , il nous a  paru

    heureux de donner ces quelques réflexions de notre vieil ami FRANCIS

    LAGET, parues dans une revue paroissiale, nous commencerons

    aujourd'hui par celle intitulée:


                                       LA SAGESSE ETERNELLE



   
                    Pluisieurs fois durant l'année liturgique, l'Eglise propose

     la lecture des textes bibliques oû la sagesse divine (apparaissant comme

     une sorte de collaboratrice de l'Eternel) est nommée et mise en scène; le

     plus souvent dans l'Ancien Testament, plus rarement dans le Nouveau,

     quoiqu'elle n'en soit pas absente. Jésus chez Paul , est nommé "Sagesse

     de Dieu ", nous verrons que sa place y est donc privilegiée ,mais dans

      un contexte différent.


                       Comment devons nous comprendre la nature et le rôle de

     cette Sagesse ? il ne peut évidemment être question de la définir à partir

      de la sagesse humaine, qui ne dépasse pas les qualités de prudence,

     de circonspection, de maîtrise de soi.


                         La messe du 32° dimanche du temps ordinaire nous

    rappelait récemment l'incommensurable sollicitude de Dieu à travers sa

    Sagesse, puisqu'elle ne manque jamais de se présenter à l'homme qui

     l'évoque et le comble de ses grâces. Elle apparait ici comme l'agent de

    la miséricorde de Dieu envers ses créatures.

                             Comment ne pas penser tout d'abord à ce texte du I° Livre

     des Rois oû nous voyons le roi Salomon "le plus sage des hommes" à

     l'invitation de IHWH lui même demander le don de la Sagesse et de la

     reçevoir en plénitude , accompagnée de tous biens par surcroit. Nous

     savons que Salomon fut aussi le bâtisseur du fameux Temple de

     Jérusalem. Cela n'est pas fortuit : la Sagesse est " l'artisan de toutes

     choses" (Sag.VII-12) ; en hebreu (comme en grec d'ailleurs ) le mot qui

      la désigne semble s'etre appliqué à l'aptitude de l'artisan à réaliser ses

      oeuvres, à la source de son habileté opérative -et aussi à la vertu

       spirituelle dont on se forme communément l'idée. C'est évidemment

       cette dernière acceptation qui constitue le principe de la qualité

        opérative.

                                     Chaque fois que dans l'A.T. , on nous présente un

      homme de métier remarquable, le texte sacré précise qu'il est doté

       "de sagesse, d'intelligence et de savoir faire " à un degré eminent.

      C'est du fait de sa qualité opérative que la Sagesse Divine intervient

       dans la création de l'univers. Ecoutons la Sagesse, personnifiée,

       declarer d'elle même  ( Prov. VIII - 23 - 29 - 30 )



                        "J'ai été fondée dès l'Eternité...
                          j'étais à l'oeuvre auprès de Lui,
                          Lorsque IHWH posa les fondements de la terre..."




 


                                                            Vierge Romane
                                                             Eglise Saint-Nectaire (Auvergne)
                     
                                                             


               Un autre passage du même livre précise que la Sagesse doit être

      considérée comme un trésor que l'on " trouve " , dont la découverte

      dépend d'avantage d'une grâce divine que de l'effort de notre recherche;

       ce trésor qui nous échoit dépend surtout de notre disponibilité à

      recevoir, alors que " l'intelligence " doit être patiemment acquise

      ( Prov. III-13 ) :

                                 "   Heureux l'homme qui a trouvé la Sagesse
                                      Et l'homme qui a acquis l'Intelligence... "

                
                       Nous ne pouvons évoquer ici les très fertiles spéculations

      de la tradition ésotérique hébraique  sur la procession de la Sagesse

      vers l'Intelligence à partir de la "Couronne" de la Divinité principielle..

      Nous croyons utile de préciser que l'Intelligence est ici celle des

      vérites metaphysiques les plus hautes.

                           Sur le terrain chrétien signalons l'existence d'un ouvrage

       de saint L.-M. (Grignon ) de Montfort (" L'amour de la Sagesse 

        Eternelle ") dans lequel nous est exposé comment, par l'incarnation,

        Jésus s'est revélé  comme étant Lui-même la Sagesse, incrée et

        éternelle . Il nous est ainsi revélé que la Sagesse divine et le Fils de

         Dieu coincident dans le " Verbe de Dieu " créateur et restaurateur.

         Nous pouvons mieux comprendre la justesse du titre de " Trône

         de Sagesse " conferé à Marie. Il n'est que de se remémorer ces

          figurations de l'art roman oû Marie , assise sur un trône , présente

         devant elle, sur son giron, Jésus enfant. Elle est très littéralement

          le " Trône de Jésus, Sagesse de Dieu "

                                                                           Francis Laget

      



                         

                        



    





                          

                                   LE RHINOCEROS DU FRIOUL

                                  ET LES CHASSES A COURRE

                                    DU ROI FRANCOIS I°



             En voiture sur la passerelle surplombant la rade de Marseille,

  mon amie Corinne m'annonça cette chose surprenante: "Sais-tu que

  le roi François I° allait chasser à courre sur les iles du Frioul "

             Je l'ignorais et decidais de mener l'enquète.

  Cela se passait il y a fort longtemps c'est vrai, à une époque oû les iles

  de l'archipel devaient être, dit on, luxuriantes et verdoyantes.

              Nous connaissons bien sur l'histoire du rhinocéros des Indes,

  present du roi Manuel I° du Portugal au pape Léon X. Le navire qui le

  transportait fit escale en 1516 , quelques temps sur l'île du Château d'If,

  le roi François I° lui même, en pélerinage à Saint-Maximin -La Sainte-

  Baume, vint l'admirer et il fut représenté par la gravure de Durer que

  nous reproduisons ici.




             
 
         Mais qu'en est-il de ces fameuses chasses au chevreuil et à courre

  de ce même roi François , qui restent encore encrées dans la mémoire

  ancestrale de générations de vieux Marseillais.

          Il apparait, en ce qui concerne la "forêt du Frioul" , bien que nous

  possédions un édit de la reine Jeanne  interdisant "d'aller faire du bois

  dans les îles" qu'il ne s'agisse non pas d'abattage massif de futaies

  inexistantes, mais plutôt de l'interdiction faite aux bergers, pêcheurs et

  marins d'arracher des arbustes et buissons pour faire leur feu.

        Quant aux "chasses" proprement dit, il semblerait que la merveilleuse

  imagination de ce vieux peuple de Marseille, s'appuyant sur la proximité

  du mot qui au  XVI° et XVII° siècle signifait  chevreuil, à savoir

  chevreu, et celui de chevreau, ait  magnifié et immortalisé ce qui au depart

  ne devait sans doute concerner qu'une régulation de pâturage des chêvres

  qui broutaient la garrigue.


                       Mais nous, bien sur, avec Corinne, nous tiendrons pour vrai

  le souvenir du rhinocéros paissant dans les pâturages du Château d'If,

  et de notre roi François, chevauchant en grand équipage, dans les forêts

  du Frioul à la chasse de ces " chevreuils des îles "


                         LA EST LA VRAIE HISTOIRE DE L'ARCHIPEL,

                                   C'EST CELLE QUE NOUS AIMONS .